aliments bio vs cosmétiques bio

0
28

Aliments biologiques contre cosmétiques biologiques ; Marché généraliste versus marché de niche : lequel choisir ?

Si vous êtes sensible aux questions environnementales et que vous souhaitez changer de métier pour exercer une activité plus conforme à votre éthique, en plus des différents métiers pour travailler dans l’environnement, en tant que franchisé, vous avez principalement la possibilité de choisir entre deux marchés pour votre reconversion : celle de la cosmétique bio et celle de l’alimentation bio. Place au duel des marchés bio.

Profils des consommateurs de produits biologiques

cosmétique ou alimentaire : Ces produits attirent des publics similaires dont les profils sont soigneusement étudiés, année après année, notamment par l’Agence Bio, qui commande régulièrement des analyses du secteur.

Ainsi il ressort des dernières en date que la consommatrice de produits bio est toujours une jeune femme, entre 25 et 50 ans, appartenant au CSP+. Cependant, leLa pandémie de Covid-19 semble avoir un peu changé les lignes : le bio a attiré de nouveaux profils et renforce le caractère féminin de la personne.

Ainsi, sur les 15% de nouveaux consommateurs bio en 2020, 21% étaient des jeunes entre 18 et 24 ans, 20% appartenaient à des CSP- et 17% étaient des femmes.

Il semble également que les 4 principales raisons de la consommation actuelle de produits bio soient les suivantes :

  • 61 % pour préserver la santé ;
  • 48 % pour préserver l’environnement ;
  • 39% pour la plus grande disponibilité de ces produits dans les lieux d’achat habituels ;
  • 38 % pour des questions éthiques ou sociales.

Enfin, l’étude trouve une forte corrélation entre le fait d’adopter un régime alimentaire spécifique et la consommation de produits bio : on note une prévalence plus élevée de régimes végétariens, flexitariens, sans gluten, sans lactose, vegan, vegan, chrononutrition, paléonutrition. les régimes alimentaires et la consommation d’aliments crus chez les consommateurs biologiques.

Le marché des aliments bio

Depuis 1999, le marché bio enregistre une croissance moyenne de 10 % par an, avec parfois des pics de croissance de 15 %, comme en 2007, par exemple. Le marché bio a ainsi enregistré une croissance de 82% entre 2011 et 2016 puis a doublé entre 2016 et 2021 pour atteindre aujourd’hui plus de 13 milliards d’euros par an.. Selon les experts, la croissance du secteur devrait se maintenir à une moyenne de 10 % par an au cours des prochaines années.

Dans le détail, l’alimentation bio représentait à elle seule 8 milliards d’euros en 2018 (+16% par rapport à 2017). En 2020, encore, précise l’Agence Bio, la valeur des achats de produits alimentaires bio a augmenté de 1,4 milliard d’euros, soit une hausse de près de +11% par rapport à 2019.

Côté consommateurs, les signaux sont tous au vert :

  • La plupart des Français déclarent acheter plus de produits frais (57%) et plus de produits de saison (57%) ;
  • Près de 6 Français sur 10 (59%) préfèrent les produits locaux et les courts métrages ;
  • La “cuisine maison” fait de plus en plus d’adeptes (55% ; +8 points vs 2019).
  • Ainsi, plus de 6,5 % de la consommation alimentaire des ménages français est consacrée aux produits bio.

Enfin, il semble que les Français délaissent de plus en plus la grande distribution au profit des petits commerces, des magasins bio et des achats directs aux producteurs. La grande distribution perd ainsi 3 points de part de marché, tandis que les franchises écologiques en centre-ville enregistrent une croissance de +16% (les franchises indépendantes reculent, pour la deuxième année consécutive, de -3,4%).

Le marché des cosmétiques bio

Suivant la tendance du marché bio mondial en France, le segment des cosmétiques bio est également en hausse depuis plusieurs années.

Ainsi, selon l’institut de recherche Xerfi, en 2020, les cosmétiques bio et naturels représentent un marché de 972 millions d’euros, +8% de plus qu’en 2019.

Toujours selon Xerfi, porté par la tendance de la “beauté propre”, le marché des cosmétiques bio et naturels devrait voir ses ventes augmenter de 12% en valeur d’ici 2023atteignant près de 1 400 millions d’euros de chiffre d’affaires et surtout passant de 6,4% à 8% du marché cosmétique mondial.

Fait intéressant, l’étude révèle également que sur ce segment, les pionniers du bio résistent aux géants de la cosmétique, qui viennent de se reconvertir face à une demande toujours plus forte des consommateurs. Ces marques, historiquement positionnées dans la cosmétique bio, continuent aujourd’hui d’être leader en termes de parts de marché.

Fait intéressant, enfin : les magasins bio, les magasins spécialisés dans les cosmétiques bio, Les pharmacies et parapharmacies sont les principaux canaux de distribution des cosmétiques bio. La grande distribution, pour l’heure, est encore à la traîne.

Une situation qui ne devrait certainement pas durer : les géants de la cosmétique conventionnelle vont pouvoir booster la grande distribution pour tenter de rattraper les pionniers du secteur.

L’issue du duel est donc claire : les deux marchés, alimentation bio et cosmétique bio, sont porteurs et répondent aux attentes des consommateurs. Cependant, les franchises alimentaires biologiques semblent bien se porter car leurs magasins sont des canaux de distribution à la fois pour les produits alimentaires biologiques et les cosmétiques biologiques.

Aimez-vous cet article? Écris le.

Soyez le premier à noter

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here