Aude : la facture énergétique, un défi d’un milliard d’euros

0
23

Guerre en Ukraine et interrogations sur l’approvisionnement en gaz russe ; la hausse des prix de l’énergie, des carburants au mazout et au gaz ; question environnementale d’un passage nécessaire aux énergies renouvelables ; o Rénovation du bâtiment pour bannir les passoires énergétiques. Autant de données macroéconomiques qui n’empêchent évidemment pas les acteurs de l’Aude, des collectivités locales aux entreprises, de pouvoir faire face à la situation et de s’adapter à court terme. Sans oublier d’envisager l’avenir dans une problématique énergétique dont les enjeux financiers et environnementaux sont importants.

“Il faut économiser du gaz et de l’électricité en France maintenant, sinon ça pourrait mal tourner l’hiver prochain” : Le 28 mars, le président de la commission de régulation de l’énergie, Jean-François Carenco, exprime son inquiétude face à la “la sécurité de l’approvisionnement énergétique” d’ici fin 2022. Une alerte lancée dans le contexte de la crise internationale, avec les incertitudes sur l’approvisionnement en gaz russe, mais aussi au moment où la production d’électricité nucléaire d’EDF est au plus bas depuis 1991. « Nous devons tous faire un effort, les industriels, le tertiaire, les bâtiments publics, mais aussi chacun de nous. Qu’il s’agisse de baisser le chauffage, la climatisation, les lumières. Il y a urgence et nous devons tous le faire. .”

Un appel qui a trouvé écho dès le lendemain avec l’annonce par la directrice générale de GRDF, Laurence Poirier-Dietz, d’une nécessaire réduction des consommations en cas d’aggravation de la crise, reposant sur des délestages pour les gros clients, industriels ou tertiaires, mais aussi appeler les Français à “agir maintenant, baisser un peu le chauffage ou préférer les douches aux bains”. Autant de signes avant-coureurs lancés dans un pays où la montée en puissance de l’énergie fait des ravages sur les portefeuilles.

Une “facture” énorme

Entre confinements et activité économique altérée, les années 2020 et 2021 ont forcément “déformé” l’empreinte énergétique, sa consommation et son coût. Mais l’année 2019 avait bel et bien marqué un tournant : pour la première fois, la mesure de la facture énergétique, délivrée par l’observatoire régional de l’énergie Occitanie (copiloté par la Région, l’Ademe et la Dreal), a dépassé la barre du milliard d’euros en le département.

Consommation, coûts, pollution : l'énergie en chiffres.

Consommation, coûts, pollution : l’énergie en chiffres.
L’Indépendant – L’Indépendant

Un niveau qui, à l’échelle des ménages audois, représente une dépense annuelle de 2 730 € en moyenne par habitant : rouler, se chauffer, consommer et donc payer les charges qu’implique une consommation annuelle audoise de 22,4 MWh. Une facture qui, en 2016, l’année la plus “favorable” de la dernière décennie, a atteint 2 408 € en raison d’une consommation pourtant plus élevée (23,7 MWh). Preuve que cette facture énergétique est à la merci des fluctuations des dérivés du pétrole, du gaz et de l’électricité.

L’abîme des dérivés pétroliers et du transport

La démonstration est imparable, et comme prévu, soit dit en passant. Que ce soit la part de la consommation par type d’énergie (52,5%), par secteur d’activité (42,9%) ou par usage (42,9%), les produits pétroliers et le transport routier dominent la facture énergétique de l’Aude. Le transport routier a ainsi représenté 542 millions d’euros de dépenses en 2019, soit 53 % de la facture totale du département. Mais d’autres domaines jouent aussi un rôle important et expliquent pourquoi les variations d’électricité ou de gaz sont tout aussi douloureuses pour les foyers : le chauffage représentait, en 2019, 18,7 % de la consommation et 13,9 % de la facture d’électricité de l’Aude, à hauteur de 142 millions d’euros. Ce n’est pas un “détail” sans importance, la climatisation pesait à elle seule 19 millions d’euros : un chiffre en constante augmentation depuis 2013 (14 millions d’euros).

Energies renouvelables et gaz à effet de serre : à suivre

Les progrès sont indéniables et les progrès réalisés. Dans l’Aude, la part de la production d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie est estimée à 20,1 % en 2014 ; cinq ans plus tard, il était passé à 25 %, avec un certain avantage sur le taux régional (22,6 %) en Occitanie. Preuve que le virage a commencé. Ainsi, inévitablement corrélée, de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Une baisse modeste de 2,6 % entre 2013 et 2019, le CO2 régnant toujours en maître (86,6 % des 2,1 millions de tonnes équivalent pétrole émises). Un problème inévitablement lié à la question énergétique : il y a trois ans, le transport routier représentait près de 60 % des émissions de gaz à effet de serre d’origine énergétique, et les dérivés du pétrole 78,8 %.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here