Croissance intensive : caractéristiques et limites

0
19

Qu’est-ce qui caractérise une croissance intensive ?

La croissance Economique, souvent mesuré par le Produit Intérieur Brut (PIB), correspond à l’augmentation des quantités de biens et services produits dans un pays au cours d’une période donnée. Le principe de base est qu’il y a croissance si les quantités produites augmentent plus fortement que la population pour favoriser une augmentation du niveau de vie.

Les économistes distinguent 2 types de croissance :

  • La croissance extensive, proportionnelle à l’augmentation de la quantité des facteurs de production, essentiellement travail et capital.
  • croissance intensive liées à l’augmentation de la productivité et/ou du capital. Il s’agit moins d’augmenter les moyens de production que d’utiliser plus efficacement ce dont nous disposons, par exemple en échangeant une ligne de machines-outils contre une nouvelle installation plus performante grâce au progrès technique.

Le concept de croissance intensive fait généralement référence à l’économiste néoclassique américain Robert Solow, prix Nobel d’économie (1987).

Dans le modèle de Solow, l’augmentation des facteurs de production (travail et capital) explique une partie de la croissance. Lorsque le nombre de travailleurs augmente et que les investisseurs injectent des capitaux dans l’économie, la croissance suit. A ces facteurs (travail et capital) il ajoute un facteur résiduel : le progrès technique. Elle résulte à la fois des dépenses de R&D qui accroissent le capital technologique, des investissements publics (infrastructures, transports, etc.) et des dépenses d’éducation qui améliorent la qualité du capital humain en le formant au changement technologique.

>> Notre service – Économisez de l’argent en essayant notre comparateur de compte d’épargne

Quelle est la différence avec une croissance extensive ?

La croissance extensive est une approche quantitative : ses théoriciens considèrent qu’elle résulte d’une combinaison de travail (durée du travail et nombre de personnes employées) et de capital. Selon eux, la croissance passe par l’augmentation du nombre de facteurs de production. Par exemple, lorsqu’un agriculteur augmente sa production en achetant de nouvelles terres, il est en croissance extensive.

La croissance intensive est qualitative : elle implique d’augmenter la production par des gains de productivité. Dans cette optique, la croissance économique peut être placée sur une voie vertueuse sans qu’il soit nécessaire d’accumuler les facteurs de production, mais simplement en améliorant leur performance et leur efficacité. Par exemple, si au lieu d’agrandir son exploitation, un agriculteur augmente sa production par l’utilisation de machines agricoles plus performantes ou l’utilisation de produits phytosanitaires (engrais, etc.), il sera dans une logique de croissance intensive.

Ces gains d’efficacité sont mesurés par la productivité totale des facteurs (PGF). Par exemple, il sera possible d’améliorer la productivité du facteur capital en investissant dans des moyens de production de pointe, plus performants. Ou offrez une formation aux employés afin qu’ils puissent s’adapter aux nouvelles technologies.

Pour résumer cette thèse, on peut dire qu’augmenter le PGF équivaut à faire plus (ou autant) avec moins.

Limite de croissance intensive

Selon le modèle de Solow, la croissance intensive est étroitement liée au progrès technique. Exprime les innovations de nature technique qui permettent d’améliorer les produits, par exemple les ordinateurs, ou les processus de production, par exemple dans le cas de l’automatisation des lignes de production.

Sans innovation au sens large, sans ce facteur résiduel, la croissance intensive recule, comme en France à la fin des années 1960. Dans ce cas, la croissance extensive prend le relais. Un bon exemple est fourni par le vaste boom économique russe des années 1950, une période au cours de laquelle la croissance soviétique a été stimulée par des changements démographiques positifs et une augmentation de l’apport de main-d’œuvre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here