Économie : la méthanisation a tout d’un secteur d’avenir

0
22

Gestion des déchets, production d’énergie renouvelable, réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), soutien au monde agricole : la méthanisation est une voie d’avenir pour contribuer à la transition énergétique et écologique de l’Aude et des Pyrénées-Orientales.

La méthanisation est un procédé de traitement et de valorisation des déchets qui reproduit un phénomène biologique naturel par lequel les bactéries dégradent la matière organique. “La méthanisation est à l’interface de nombreuses activités.précise Fabien Haas, directeur général de Total Energies Biogaz France (siège : Roquefort – 47), filiale du groupe pétrolier.

Elle est présente à Perpignan à travers l’unité BioRoussillon. Il permet le recyclage local des matières organiques issues de la production agricole ou agroalimentaire. Le processus produit un matériau qui peut être utilisé comme engrais naturel. Le procédé génère également du biogaz qui, une fois épuré, peut être réinjecté dans le réseau de gaz géré par GRDF. Cette énergie peut être utilisée pour le chauffage, la mobilité terrestre et maritime et les processus industriels. Au final, la méthanisation est une alternative locale à l’incinération et à l’enfouissement.” Pour Fabien Haas, ce procédé est donc vertueux car il s’inscrit dans l’économie circulaire et contribue à l’autonomie énergétique d’un territoire.

Fabien Haas, Directeur Général Total Energies Biogaz France.

Fabien Haas, Directeur Général Total Energies Biogaz France.
Énergies totales

A lire aussi :
A Perpignan, l’unité de méthanisation de BioRoussillon démarre

ambitions régionales

Déjà mature dans certains pays comme l’Allemagne et l’Italie, le développement de la méthanisation s’accélère en France. Déjà en 2020, ce procédé faisait partie du mix énergétique avec 214 installations injectant du biométhane dans le réseau qui représentaient 3,9 térawattheures de capacité de production, soit 73% de capacité de production en plus par rapport à 2019.

L’Occitanie compte près d’une quarantaine d’établissements, dont certains dans l’Aude et les Pyrénées-Orientales. Cette démarche intègre le scénario territoire à énergie positive d’ici 2050 initié par l’établissement régional, qui vise à produire du biogaz à partir de 9 400 GWh en 2050 (contre 70 GWh en 2015).

Dans ce contexte, la Région, en collaboration avec des partenaires, a décidé de créer un pôle gaz vert régional pour aider et accompagner le développement des gaz verts renouvelables (CRGV).
Actuellement, ceux-ci sont proches de 10 000 habitants consomment du gaz produit à Perpignanassurez-vous avant d’ajouter: le contexte de hausse des prix des énergies, comme le gaz, ainsi que celui des engrais azotés qui arrivent notamment de Russie, renforcent l’idée que la méthanisation peut être un levier intéressant pour les territoires ».

Selon le, “Les projections de Total Energies, également fournisseur d’énergie, sont d’augmenter la production des feux de biogaz à 10% d’ici 2030, contre 1 ou 2% aujourd’hui. Cela équivaut à multiplier par dix notre capacité de production, passant de 0,5 térawattheure à plus de quatre. Il y aura de nouveaux sites mais nous étudions aussi l’achat d’unités actives ».

Traitement des biodéchets source de développement

L’ambition des acteurs de la filière actifs en Occitanie notamment, tels que Total Energies Biogaz, Arkolia Energies, Valorem, etc., reflète le potentiel de développement de la filière méthanisation. “Il existe des potentialités, notamment celles liées à la collecte séparée des biodéchets des grands producteurs comme les cantines ou les foyers (dont la loi de transition énergétique pour la croissance verte fixe l’objectif de généraliser le classement à la source d’ici 2025) ainsi que celle dans le secteur agricoledit-il. L’idée n’est pas d’installer partout des sites de méthanisation. Au contraire. Un site de production n’a d’intérêt que s’il est situé à proximité des fournisseurs et des consommateurs de gaz.”

Selon le cabinet d’études et de conseil Solargo : “jeLes zones les plus favorables au développement de la méthanisation se situent autour de Carcassonne, Fanjeaux, Lavalette et Castelnaudary. Le développement serait plus restreint dans les Pyrénées-Orientales“.

Une industrie du recrutement

A l’heure où de nombreux secteurs peinent à embaucher, le secteur a-t-il les moyens d’être à la hauteur de ses ambitions ? “Total Energies Biogaz France compte actuellement une centaine de salariés. Nous prévoyons 40 à 50 embauches en 2022. 50 % de la croissance de l’équipe est liée à la maintenance et à l’exploitation du site. Nous recherchons notamment en Occitanie, un chef de projet et un responsable régionalFabien Haas annonce qu’il réfléchit à la création d’un centre de formation. Nous avons des profils variés : commerciaux, promoteurs, bureaux d’études, travaux, logistique, fonctions support, exploitation, maintenance, biologistes, agronomes… L’âge moyen de nos équipes est de 35 ans ! On sent que les nouvelles générations s’engagent dans des métiers qui ont du sens comme le nôtre.

En contribuant à la transition écologique et énergétique, mais aussi au traitement des déchets et à l’emploi, la filière biogaz accompagne le monde de demain.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here