La production de plastique en Europe de plus en plus limitée par les normes environnementales

0
24

Un choc électrique a été nécessaire pour dinde décide de se débarrasser de son titre de “poubelle de l’Europe”. Une enquête publiée en mai par Greenpeace a levé le voile sur l’existence d’une économie parallèle autour du recyclage du plastique.

Elle révèle que les 500 000 tonnes de déchets plastiques que l’Europe exporte chaque année vers le sol turc à des fins de recyclage sont en réalité collectées par des enfants pour les revendre ou les brûler, sans aucun respect des réglementations anti-pollution.

→ LIRE. La fin du plastique à usage unique, un vrai challenge

La Turquie était l’une des principales destinations européennes d’exportation de déchets plastiques depuis le Chine a décidé en 2018 de fermer ses frontières à ces importations. Ankara veut maintenant suivre le même chemin que Pékin, mais cette décision pose de sérieux défis pour leUnion européenne qui cherche à s’imposer comme leader sur la scène mondiale en faveur du climat. Vous ne pouvez y parvenir qu’en lançant une lutte contre le plastique.

Un objectif clair et ambitieux

Une nouvelle étape de cette bataille vient d’être franchie samedi 3 juillet, lorsque la loi européenne qui interdit notamment la vente d’objets en plastique à usage unique est entrée en vigueur, obligeant les 27 à transposer cette nouvelle législation dans leur législation nationale.

Ces objets, à la durée de vie très courte, ont des conséquences désastreuses pour l’environnement à long terme. Ils représentent 70% des déchets marins, contribuent à la pollution des océans et à la destruction de la biodiversité marine et terrestre.

Cette accélération de l’agenda européen sur le dossier plastique est le fruit de « d’une conscience », rapporte Patrice Audibert, collaborateur de l’eurodéputée Frédérique Ries, sur la directive contre les plastiques à usage unique. “ Le Green Deal européen fixe un objectif clair : d’ici 2030, 55 % des déchets d’emballages plastiques doivent être recyclés. Il faut donc rapidement inverser la tendance », Confit-il.

57,9 millions de tonnes de plastique produites en Europe

Il est vrai qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre ce chiffre. En 2019, l’Europe produisait encore 57,9 millions de tonnes de plastique. De ce volume, seulement 32,5 % sont recyclés. Le reste est réparti entre la valorisation énergétique et la mise en décharge. Un faible recyclage qui s’effectue la plupart du temps hors de nos frontières et de notre législation.

En effet, les exportations de déchets plastiques vers l’Inde, le Vietnam, la Malaisie, l’ancienne Chine ou la Turquie échappent dans la plupart des cas au contrôle du respect des réglementations environnementales appliquées en Europe. “La sécurité concernant le recyclage en dehors de l’Union européenne est faible et le risque d’activités illégales est élevé”averti dans un relation amoureuse de 2020 la Cour des comptes européenne, et « L’élimination illégale des déchets est l’un des marchés illégaux les plus rentables au monde ».

Un arsenal de mesures pour rattraper l’Union

En conséquence de cette situation, l’Union européenne cherche à réduire sa participation aux exportations. En mai 2020, elle a inscrit dans la Convention de Bâle, un texte qui encadre les mouvements transfrontaliers de déchets dangereux, de déchets plastiques » contaminés, mélangés ou difficiles à recycler ». Une mesure qui peut inciter les États à recycler davantage sur leur sol et, surtout, à tendre de plus en plus vers une économie circulaire. Cette dernière, qui s’oppose à la logique linéaire du « extraire, produire, consommer et jeter », est l’un des piliers de l’Union pour atteindre son objectif de neutralité carbone en 2050.

→ LIRE ENCORE. La “taxe plastique”, un twist vert qui divise l’Italie

Selon Patrice Audibert, d’autres factures “ qui embrassent la conscience collective à ce sujet Ils seront bientôt étudiés, comme le “taux plastique” du plan de relance européen.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here