L’ABEA embarque les entreprises agroalimentaires bretonnes vers l’usine du futur

0
24
L'ABEA embarque les entreprises agroalimentaires bretonnes vers l'usine du futur

L’ABEA a lancé son programme Destination Factory 4.0 à Pontivy. Cofinanciado por Breizh Fab, el programa de apoyo a las VSE y las PYME de la industria bretona, estos 5 días permitieron a 15 empresas agroalimentarias bretonas (La Belle Iloise, Locmaria, Brasserie de Bretagne, Laïta, etc.) comprender concretamente qué son estas nouvelles technologies. , ce qu’ils proposent et, surtout, quels problèmes et défis ils peuvent résoudre.

A l’heure de la transition numérique, il est parfois difficile de s’y retrouver dans l’éventail des nouvelles technologies pour les structures industrielles, notamment pour les TPE-PME. IoT (Internet des Objets), Intelligence Artificielle, robot ou cobot, big data… Les nouvelles technologies, parfois appelées usine 4.0 ou usine des technologies du futur, ont connu un grand développement ces dernières années. Ils représentent d’énormes opportunités pour garantir la performance industrielle des entreprises de toutes tailles, en les faisant entrer dans l’ère numérique.

L’Association Bretonne des Entreprises Agroalimentaires (ABEA), 1er réseau professionnel de l’agroalimentaire breton avec plus de 200 sites et entreprises représentés, se penche sur la question. Entouré d’experts bretons en la matière (le cabinet Funae et la société Altenov), l’ABEA a lancé son programme Destination Usine 4.0 à Pontivy. Cofinanciado por Breizh Fab, el programa de apoyo a las VSE y las PYME de la industria bretona, estos 5 días permitieron a 15 empresas agroalimentarias bretonas (La Belle Iloise, Locmaria, Brasserie de Bretagne, Laïta, etc.) comprender concretamente qué son estas nouvelles technologies. , ce qu’ils proposent et, surtout, quels problèmes et défis ils peuvent résoudre. « Les entreprises qui participent à ce programme sont très variées, tant par leur taille que par leur production », explique Emeric Bastid, Directeur Général du Pôle Végétal de Agromousquetaires et référent en matière de Performance Industrielle au sein du bureau de l’ABEA. « Tout comme l’industrie agroalimentaire bretonne est plurielle et comprend des entreprises de toutes tailles, nous avons souhaité mettre en place un programme reflétant cette diversité. Nous avons donc des entreprises de taille intermédiaire et des start-up qui opèrent dans des secteurs très variés », explique Emeric Bastid. « Derrière cette diversité, nous avons vu des problèmes communs tels que l’automatisation de la saisie des données sur les lignes de production et de traitement, mais aussi l’augmentation des compétences des employés et la réduction de la pénibilité du travail. Conserverie, producteur de bière, spécialiste des desserts ou des sauces, les différents profils des participants garantiront la richesse et la complémentarité des points de vue. Nous avons déjà vu de nombreux adhérents partager les problématiques d’automatisation de la collecte des données sur les lignes de production et de leur traitement », poursuit-il.

Des formations pour accompagner le développement technologique

Pour animer les ateliers, l’ABEA s’est rapprochée du groupe Altenov Alliance Technologique et Innovation. Créé en 2017 en regroupant plusieurs PME industrielles bretonnes indépendantes (OET, PGC, ID, CIP Automation, Build Data, FTCI), le groupe Altenov Alliance Technologique et Innovation rassemble une richesse d’expériences et de compétences dans les technologies et l’accompagnement de l’Usine 4.0. ses clients au quotidien dans la mise en place de solutions technologiques.

« Notre premier marché, c’est l’agroalimentaire », précise Hervé Lucas, directeur commercial et marketing du groupe Altenov, Alliance Technologie et Innovation. Nos clients sont très intéressés par une formation à ces nouvelles technologies et nous avons l’habitude de les accompagner sur ces problématiques. Lorsque l’ABEA nous a demandé de participer à ce programme collectif “Destination Factory 4.0”, nous avons immédiatement accepté. C’est pour nous une occasion unique de comprendre les problématiques et problématiques du secteur au sujet de l’usine du futur. »

Les experts du groupe sont intervenus durant les 3 premiers jours avec des présentations et des démonstrations de cobotique, IoT, capture et gestion de données, MES, intégration robotique et automatisation. Ces ateliers se veulent spécifiques et au plus près des préoccupations des managers et des salariés pour permettre leur compréhension et leur mise en place rapide dans les entreprises. Ce programme collectif, qui prendra fin à l’automne, se veut concret et au plus près des préoccupations des dirigeants. « Cet enjeu est crucial pour la compétitivité et la performance durable de nos entreprises. Le fait d’avoir atteint le nombre maximum de 15 entreprises en peu de temps, constituant ainsi la première promotion, en est la preuve », ajoute Emeric Bastid. “Notre souhait est bien sûr de pouvoir pérenniser ce type d’action en proposant de nouveaux programmes à partir de 2022.”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here