L’attractivité des fonds d’investissement pour le secteur agroalimentaire continue de croître

0
22

à l’échelle mondiale aujourd’hui on compte dans le monde 730 fonds d’investissement spécialisés dans le secteur agroalimentaire. Ils gèrent plus de 120 milliards de dollars, contre seulement une cinquantaine de fonds en 2005.

« Au cours des deux dernières décennies, le secteur de l’alimentation et de l’agriculture est devenu une classe d’actifs dominante pour les investisseurs institutionnels », observe-t-il. Robert VitonPDG de Conseillers en valeurauteur du chapitre « Les fonds d’investissement dans le secteur agroalimentaire : un terreau fertile pour les investisseurs » dans Demeter 2022*.

Force est de constater qu’au cours des vingt dernières années, l’intérêt s’est accru. Aujourd’hui, il existe 730 fonds d’investissement spécialisés dans le secteur agro-alimentaire, gérant plus de 120 milliards de dollars, contre seulement une cinquantaine de fonds en 2005. En termes de montants investis, on constate également une augmentation de 4,2 milliards de dollars par an. entre 2005 et 2010 à 7 milliards de dollars entre 2011 et 2015 et 9,7 milliards de dollars entre 2016 et 2020. Malgré cette croissance, cela représente moins de 2 % des portefeuilles de fonds mondiaux. Outre ses fonds spécialisés, il existe également de grands fonds d’investissement, tels que Roche noiredes fonds souverains ou des fonds de pension lorsque les montants en jeu sont importants.

Les actifs sous gestion des fonds spécialisés sont principalement présents dans le capital-risque (37%), les terres agricoles (33%) et le capital-risque (8%).

Sur le plan géographique, l’Amérique du Nord continue d’attirer le plus de fonds communs de placement, représentant 55 % de tous les actifs sous gestion. Elle est suivie par l’Europe, premier marché de consommation alimentaire au monde, avec 10 %, puis l’Amérique du Sud (9 %), l’Océanie (5 %) et l’Asie-Pacifique (5 %).

3% des actifs du fonds dirigés vers l’Afrique

Quant à l’Afrique, elle ne représente que 3% des actifs sous gestion. Robert Viton note que les fonds sur le continent sont principalement axés sur des stratégies de capital-investissement, y compris la distribution d’intrants agricoles, le stockage, la transformation et la distribution des aliments. Des fonds de dette privée sont également présents pour le financement à court terme et certains fonds de terres agricoles sont principalement axés sur la production de fruits en Afrique du Sud.

L’accélération des financements dans l’agriculture et l’agroalimentaire fait bouger les lignes, estime Sébastien Abis, qui co-dirige Demeter 2022 avec Matthieu Brun. -des fonds alimentaires pour verticaliser votre investissement et ainsi maîtriser l’investissement de A à Z de la production au consommateur. En fait, ce sont aussi des transitions chez ces opérateurs que l’on observe ».

Des transitions qui seront également portées par les grands enjeux du secteur tels que le changement climatique, l’environnement, la sécurité alimentaire et nutritionnelle, etc. Les fonds d’investissement cherchent de plus en plus, au-delà de la rentabilité, à avoir un impact sur la durabilité et la préservation de la planète. Cependant, souligne Roberto Vitón, le chemin est encore long, mais il doit s’approfondir dans les années à venir, moins de 20% des fonds alimentaires, agricoles et forestiers suivis peuvent être qualifiés de fonds d’impact.

Capital au service de l’autosuffisance alimentaire à Singapour

L’exemple de Singapour, cité-État dépourvue de ressources naturelles et pourtant acteur majeur du commerce mondial des produits agricoles, est une illustration de la puissance du capital et, in fine, des fonds d’investissement. Ainsi, Jean-Yves Chow et Mathieu Brun dans le chapitre de Demeter 2022, « Singapour : les rêves d’autosuffisance alimentaire du dragon asiatique », montrent comment cette « petite île » a réussi, grâce à sa capitale, à attirer de grands échanges commerciaux. entreprises – les ABCD – mais aussi la sogo shosha japonaise. Dans le même temps, il a également créé deux fonds souverains, Temasek et la Government Investment Corporation (GIC), où l’agro-industrie est stratégique. Au fil des années, ils ont réalisé des investissements dans l’agriculture et l’agroalimentaire allant de la production à la transformation et à la santé animale, au service de l’autosuffisance alimentaire de l’île.

Ainsi, soulignent les auteurs, Temasek gère un portefeuille de plus de 40 entreprises, dont le chinois Cofco ou le singapourien Olam, très présents en Afrique, le français Boortmalt ou Bayer ou Ceva Animal Health. ” Au totalles investissements dans les sciences de la vie et l’agroalimentaire représentaient 10 % du portefeuille de 244 milliards de dollars de Temasek en mars 2021, contre 4 % en 2017 », observent les auteurs.

La source COMMODAFRICA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here