Le gouvernement augmente les aides à l’achat de chaudières à énergie renouvelable

0
21

La maison de Jean, à Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne), est encore en construction. Certaines finitions sont dans les délais mais la thermopompe est bien installée. Depuis le 15 avril, l’aide de l’État MaPrimeRénov – visant à encourager la réhabilitation énergétique des logements – a augmenté de 1 000 euros pour les ménages qui passent d’une chaudière à gaz ou diesel à une chaudière utilisant des énergies renouvelables. La mesure vise à réduire l’impact de la hausse des prix de l’énergie, notamment liée à la guerre en Ukraine, en limitant la dépendance au fioul et au gaz.

Comme Jean, de plus en plus de Français optent pour les pompes à chaleur. Dans sa maison, un module est installé dans le garage et la pompe est dans l’allée, à l’extérieur de la maison. “J’ai hésité avec une chaudière au gaz, qui offre un beau confort de chauffage. J’avais peur de passer à l’électrique, mais tout est fait pour électrifier la consommation d’énergie. Dans cette logique, c’était une évidence pour moi.”

En fait, c’est l’électricité qui alimente la machine. Celui-ci aspire les calories de l’air ambiant pour les restituer sous forme de chaleur. « Si on prend l’exemple d’une pompe à vélo, votre bras correspond à votre énergie électrique : on comprime et on produit de la chaleur », vulgarise Fabien, technicien installateur. Ainsi, pour un kilowatt d’électricité consommé, la pompe à chaleur peut en restituer quatre.

Selon Fabien, c’est une alternative efficace aux chaudières traditionnelles. « Le prix du gaz augmente et le prix du mazout a grimpé en flèche. L’électricité est quelque chose que nous contrôlons, mais nous devons encore minimiser la consommation. La pompe à chaleur est donc la solution idéale ». En moyenne, une maison consommera trois à quatre fois moins d’énergie. “Cela vous donne une idée des économies que nous allons faire.”

Devant ces bons résultats, les demandes se multiplient. Ainsi, l’an dernier plus d’un million de pompes à chaleur ont été vendues. Mais l’installation reste chère : “Aujourd’hui, pour avoir une bonne pompe à chaleur, il faut compter entre 15 000 et 18 000 euros”, détaille le technicien. De cette somme doit être déduite l’aide de MaPrimeRénov’. “C’est une échelle avec quatre catégories associées à des couleurs. On était en jaune et donc on avait droit à 3 000 euros”Jean explique.

S’il avait fait les travaux après le 15 avril, il aurait donc perçu 4 000 euros. Malgré tout, en ajoutant les autres aides qui s’accumulent, il a tout de même économisé 8 000 euros sur sa facture. Au total, le montant de MaPrimeRénov’ est plafonné à 8 000 € pour les ménages modestes, 10 000 € pour les familles très modestes (hors nouvelle prime). “Il reste encore des choses à régler, mais le confort de chauffage est présent. On l’entend à peine. Il n’y a vraiment aucun point négatif à redire”Bienvenue Jean.

Mais attention aux arnaques ou aux bombes low cost ! Très souvent, les entreprises demandent aux Français, souvent par téléphone, de les inciter à faire ce travail. Or, selon les professionnels, l’installation d’une pompe à chaleur demande un minimum de réflexion. “Il y a une série de précautions minimales à prendre”se souvient sur franceinfo Jean-Yves Mano, président de Consommateurs logement, cadre de vie (CLCV), une association de consommateurs. “Tout d’abord, s’il vous plaît, ne signez pas un budget à la hâte après une enquête. De plus, la promotion des économies d’énergie est interdite.” Alerter notamment sur la période des salons et salons de la rénovation énergétique. “C’est un site d’arnaques absolues dans les travaux d’économie d’énergie. On vous fait signer des budgets jusqu’à 30 000 euros sans se déplacer chez vous”dit-il.

Jean-Yves Mano détaille les différentes arnaques possibles : “Des prix, de la qualité du matériel -qui ne correspond pas forcément au devis émis-, de la qualité du travail…”, liste. il sous-entend “Les grandes entreprises externalisent pour faire le travail, et en fin de compte, vous n’avez pas la qualité.” Aussi, certains professionnels “Parfois, ils vous parlent d’aides auxquelles vous n’avez pas droit”. Ainsi, Jean-Yves Mano conseille comme “principe de base” depuis “Demandez à une agence France Rénov’. Il y en a 450 en France où ils vous donneront tous les conseils dont vous avez besoin.”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here