Le Kazakhstan devient une plaque tournante énergétique pour la Chine et l’Europe

0
19

– Zaki Shaikh, l’auteur de cet article est un analyste basé au Royaume-Uni et travaille avec des universités situées dans trois pays d’Asie centrale.

LONDRES (AA) – Le Kazakhstan, pays d’Asie centrale, est en train de devenir une destination énergétique majeure pour la Chine et l’Occident, compte tenu de sa demande croissante de pétrole et de gaz dans un proche avenir.

Lors du récent sommet bilatéral entre le Premier ministre kazakh Askar Mamin et son homologue russe Mikhail Mishustin, les deux pays ont signé un protocole d’accord visant à poursuivre la construction de corridors énergétiques vers la Chine et l’Europe et à mettre en place des infrastructures de production et de vente pour faciliter la vente de comprimés gaz naturel (GNC).

Les deux pays poursuivent également conjointement les perspectives de construction d’autoroutes en tant que nouveaux vecteurs de développement pour apporter l’innovation technologique et le développement économique aux régions reliant l’Europe et la Chine.

Les analystes estiment que cette voie de transport facilitera non seulement l’augmentation des flux d’exportation, améliorera la logistique des transports, mais apportera également une grande contribution au développement des économies des pays participants.

Le corridor de transport Europe-Chine occidentale-Russie-Kazakhstan reliera les ports finlandais via les États baltes, via Kazan et Orenbourg (en Russie) et le Kazakhstan, à l’ouest de la Chine.

Les ministères de l’Énergie de la Russie et du Kazakhstan visent à promouvoir le marché des carburants pour les véhicules utilisant du gaz naturel et à créer un réseau d’infrastructures de ravitaillement en gaz sur les routes internationales dans les années à venir.

Ainsi, le ministre russe de l’Énergie, Nikolai Shulginov, et son homologue kazakh, Magzum Mirzagaliyev, ont signé un protocole d’accord dans le domaine du développement des infrastructures pour l’utilisation du gaz naturel comme carburant sur la route de transport internationale Europe-Chine occidentale.

– Plan d’action commun

Un plan d’action commun a été signé pour développer les infrastructures routières de l’axe Europe de l’Ouest-Chine, ainsi que l’autoroute du Méridien. La signature du document a eu lieu en présence du vice-ministre russe des Transports Andrei Kostyuk et du vice-ministre kazakh de l’Industrie et des Infrastructures Berik Kamaliev.

Le corridor de transport Europe-Chine occidentale permettra aux emplacements situés le long de la route de se connecter au transport transcontinental et de générer des revenus grâce au trafic de transit passant par ses artères. Les transports deviendront une priorité pour l’économie, car la part des services de transport dans le produit intérieur brut peut également attirer des revenus et des investissements dans le développement d’autres secteurs économiques.

Avec une demande intérieure actuellement faible au Kazakhstan, de grands espoirs reposent sur la construction de la route Europe de l’Ouest-Chine pour fournir de l’électricité aux marchés internationaux. Selon Talgat Arystanbaev, président de l’Association des véhicules au gaz naturel du Kazakhstan, cette décision entraînera la construction de 100 stations de GNC (gaz naturel comprimé) et de GNL (gaz naturel liquéfié) à travers le pays.

La Chine détient actuellement 24 % des parts de production de pétrole et 13 % des parts de production de gaz au Kazakhstan.

Les observateurs estiment que le Kazakhstan, avec le Turkménistan, restera à l’avenir un partenaire important pour les exportations d’énergie vers la Chine. De plus, la Chine a rapidement construit cinq barrages dans la région d’Almaty pour produire 480 MW d’électricité. Ce sera le plus grand projet hydroélectrique chinois en Asie centrale.

Les autorités kazakhes sont également en pourparlers avec la société atomique russe Rosatom pour la construction éventuelle d’une centrale nucléaire (NPP), a déclaré Kairat Kelimbetov, président de l’Agence kazakhe pour la planification stratégique et les réformes.

– Optimisme au Kazakhstan

Kelimbetov estime que cette étape de transition est nécessaire en raison des engagements à réduire les émissions de carbone non seulement en s’éloignant du charbon, mais également en passant à un nouveau modèle économique de production d’électricité.

Les responsables kazakhs affirment que leur optimisme découle des “conditions de prix favorables” sur les marchés mondiaux qui, selon eux, contribueront à stimuler les recettes d’exportation des métaux et des produits métalliques.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a fixé un quota de production de pétrole de 1,5 million de barils par jour pour le Kazakhstan en décembre 2021, soit une augmentation de 16 000 barils. Les analystes de la Banque eurasienne de développement (EDB) s’attendent à ce que la production de pétrole du champ de Tengiz augmente en 2023, ce qui aidera le produit intérieur brut (PIB) du Kazakhstan à atteindre 5 % en 2023.

*Zaki Shaikh, l’auteur de cet article est un analyste basé au Royaume-Uni et travaille avec des universités situées dans trois pays d’Asie centrale.

*Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de l’Agence Anadolu.

* Traduit de l’anglais par Ümit Dönmez


Seule une partie des dépêches, que l’Agence Anadolu transmet à ses abonnés via le Système Interne de Diffusion (HAS), est diffusée sur le site AA, de manière résumée. Veuillez nous contacter pour vous inscrire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here