Les ventes des géants du luxe français augmentent malgré la guerre en Ukraine

0
23

Malgré la guerre en Ukraine – dont les deux groupes se sont retirés début mars – et les confinements en Chine, les géants français du luxe se portent bien. Les ventes d’Hermès et de LVMH ont ainsi dépassé les attentes des analystes pour ce premier trimestre 2022.

Pour Hermès, Factset et Bloomberg tablaient sur un chiffre d’affaires de 2,4 milliards d’euros. A terme, ce sera 2,765 millions d’euros de chiffre d’affaires réalisé, soit une hausse de +33% par rapport au premier trimestre 2021. « A moyen terme, malgré les incertitudes économiques, géopolitiques et monétaires dans le monde, le groupe confirme un objectif ambitieux de croissance du chiffre d’affaires à taux de change constants », a déclaré le groupe ce jeudi 14 avril.

Concernant LVMH, le consensus établi par Bloomberg et Factset estime un chiffre d’affaires de respectivement 16,4 milliards d’euros et 17 milliards d’euros. Ils étaient de 18 milliards d’euros (+29% par rapport au premier trimestre 2021). Le groupe des 75 “maisons” – le premier du CAC 40 qui a publié ses chiffres trimestriels mardi 12 avril – estime réaliser “un bon début d’année dans un environnement encore perturbé par la crise sanitaire et marqué par les événements dramatiques en Ukraine”.

Chanel, Hermès, LVMH et Kering quittent la Russie par la petite porte

Hermès porté par l’Amérique

Quant à Hermès, ce premier trimestre a été soutenu par la zone Amériques qui a bondi de 44% à taux de change constants. L’indicateur utilisé comme référence par Hermès “Ça s’accélère considérablement fin mars grâce à une très bonne dynamique aux Etats-Unis”, exposer le groupe.

A noter également les bons résultats en Europe hors France (+44%) et en France (+40%). Ces deux domaines “Ils réalisent une croissance solide, notamment au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie et en Espagne”, d’après hermès. L’Asie hors Japon a connu une hausse de 20% et le Japon de 17%.

Hermès, GRT, Allianz ou encore le PSG accusés de retard de paiement

Croissance à deux chiffres pour la quasi-totalité des divisions de LVMH

Pour LVMH, qui détient entre autres les marques Louis Vuitton, Dior, Céline et Moët & Chandon, c’est en Asie (hors Japon) que les ventes ont été les plus élevées, malgré les confinements en Chine. Ils ont représenté 37% des ventes au premier trimestre, contre 41% un an plus tôt. Etats-Unis (24% des ventes), Europe (14%) France (1%) et “autres marchés” (12%) tout le monde gagne un point.

Après une hausse de 44% de ses ventes en 2021, LVMH embauchera 16 700 personnes en France en 2022

Pour ce premier trimestre, “A l’exception des Vins et Spiritueux, toujours confrontés à des restrictions d’approvisionnement, toutes les activités ont réalisé une croissance à deux chiffres de leurs ventes”, met en lumière le groupe.

Moda y marroquinería, su división insignia, logró más de 9.000 millones de euros en ventas en el primer trimestre, es decir, un crecimiento del 35% respecto al primer trimestre de 2021. LVMH, que nunca detalla la facturación de sus marcas, cree que Louis Vuitton “Vous passez un bon début d’année” et que diable “Les performances remarquables se poursuivent.” Fendi sauve “des progrès solides” et Céline “très forte croissance”.

La division Montres et Joaillerie a enregistré un chiffre d’affaires de 2 338 millions d’euros (+24%) et Tiffany a réalisé « un excellent début d’année ».

Les parfums et les cosmétiques savent « Excellente dynamique grâce à une croissance soutenue de la parfumerie et du maquillage, notamment aux États-Unis » et réaliser un chiffre d’affaires de 1 900 millions d’euros (+23%).

L’activité des Vins et Spiritueux avec 1 638 millions (+8%) n’a pas autant progressé que les autres catégories du groupe bien que « L’activité champagne a connu un excellent début d’année, avec des volumes en forte progression, notamment en Europe et au Japon, et une politique ferme de hausse des prix.

Dans la Distribution sélective (DFS), qui réalise 3 milliards de chiffre d’affaires (+30%), Sephora réalise “Excellente performance sur le trimestre avec un fort rebond de l’activité de ses magasins, dont le réseau avait été partiellement fermé début 2021.”

LVMH va recruter 25.000 jeunes d’ici un an : “C’est une question de survie”

Les géants confiants malgré la guerre en Ukraine et les confinements

Hermès a été le premier groupe de luxe à annoncer la fermeture de ses magasins en Russie début mars. Le sellier-maroquinier possède trois magasins à Moscou employant 60 personnes. L’ouverture d’un quatrième magasin à Saint-Pétersbourg prévue en juin est suspendue.

“L’impact n’est pas significatif pour le groupe”, explique Éric du Halgouët, directeur financier. “Les ventes en Russie représentent moins de 1% des ventes du groupe” qui n’avait aucune activité en Ukraine. De plus, Hermès “respecte pleinement la loi et ne vend pas à la liste des oligarques” qui leur a été transmis, selon lui.

Le groupe LVMH a indiqué qu’il suivait “avec la plus grande attention l’évolution de la situation en Ukraine et dans la région.” Le géant du luxe a également annoncé début mars qu’il fermerait “temporairement” ses 124 magasins en Russie où elle compte 3 500 employés.

Guerre en Ukraine : les sanctions occidentales pourraient conduire à la désintégration de la mondialisation

Concernant la situation en Chine, Hermès a connu un début d’année “exceptionnel”, selon Éric du Halgouët, jusqu’en mars lorsque les premiers confinements ont commencé. Actuellement, Hermès, qui compte 26 magasins en Chine, a trois magasins fermés à Shanghai. Cependant, le groupe indique “sur de soi”, et met en évidence avoir gagné de nouveaux clients en Chine.

Un avis partagé par LVMH. « Nous pouvons être concernés à court terme mais nous ne sommes pas inquiets à long terme », a expliqué Jean-Jacques Guiony, directeur financier du groupe. “Évidemment, cela aura un impact sur les affaires”, admis, mais “Nous sommes déjà passés par là il y a deux ans”. De l’expérience de 2020, LVMH a appris qu’une fois les restrictions sanitaires levées, les clients reviennent exactement comme ils étaient avant le confinement.

Submergée par Omicron, la Chine verrouille Shanghai, risquant de bloquer le plus grand port de fret du monde

(avec AFP)