Quitter le marché européen de l’énergie : le pari risqué de Marine Le Pen

0
16

Publié le 18 avril 2022 à 10:49

“Sortir du marché européen de l’énergie”. C’est ce que souhaite faire Marine Le Pen si elle est élue dimanche prochain. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Quelles seraient les conséquences pour la France ?

Le candidat de l’Association nationale n’entend pas déconnecter la France des lignes à haute tension et des gazoducs qui relient la France à ses voisins. Plusieurs pays sont également interconnectés à l’Union européenne sans en être membres : le Royaume-Uni, la Norvège, la Suisse… et même Ukraine depuis le mois dernier .

une île d’énergie

Tous ces pays peuvent échanger de l’électricité et du gaz avec les Vingt-sept sans faire partie de l’Union. “Les interconnexions transfrontalières de la France avec ses voisins existaient bien avant la mise en place du marché unique de l’énergie”, explique Julien Teddé, directeur général de la courtage Opéra Energie.

Mais la volonté de « sortir du marché européen de l’énergie » va plus loin : pour Marine Le Pen, il s’agit de remettre en cause l’appartenance de la France à un marché unique où les échanges, libéralisés, sont guidés par les prix et la concurrence. Les enjeux d’une France devenue un « îlot énergétique » sont incertains, en l’absence de précédent.

“Un combat perdant-perdant”

« Si la France était le seul pays hors marché, parmi vingt-six autres qui en feraient encore partie, le fonctionnement du système serait difficile à imaginer, poursuit le même expert. C’est ce marché qui garantit aujourd’hui la sécurité d’approvisionnement et la solidarité entre les pays. Si nous pouvions passer sans incident le pic de consommation du 4 avril par exemple, c’est parce que nous payons nos voisins pour la lumière qu’ils nous envoient ».

“Le vrai risque serait politique”, a déclaré Pierre Dennery, analyste chez Aurora Energy Research. La France s’exposerait à des recours d’autres États membres pouvant conduire, entre autres, à des amendes. Les pays voisins pourraient faire pression sur la France en limitant ses exportations au moment où elle en a le plus besoin, comme cet hiver, avec le risque de pénurie qui en découle. C’est un match perdant-perdant qui s’ensuivrait.”

Des prix

Conséquence logique de cette prise de position, Marine Le Pen souhaite également s’interroger sur les mécanismes de tarification auxquels la France est soumise. “Le prix de l’énergie est déterminé par le marché européen”, a-t-il critiqué la semaine dernière sur France Inter. La France doit pouvoir baser le prix de son énergie sur sa propre production.

Le candidat RN reprend ici une idée controversée, mais qui a aussi été défendue à Bruxelles, dans le principe, par le gouvernement actuel . Le système actuel de tarification de l’électricité repose en partie sur les derniers moyens de production mis en place pour répondre à la demande. Il s’agit généralement de centrales électriques au gaz, nécessaires lorsque le nucléaire et les énergies renouvelables ne suffisent pas.

retour aux monopoles

« Ce mécanisme permet d’optimiser le fonctionnement du parc électrique européen, explique Julien Teddé. Sans lui, l’usine à gaz ne démarrerait pas, car elle ne serait pas sûre de couvrir ses coûts ». Ce que Marine Le Pen ne dit pas, c’est que les prix du marché européen ne déterminent qu’une minorité du prix de l’électricité en France.

Cette dernière profite énormément du faible coût de l’énergie nucléaire grâce au mécanisme Arenh (accès régulé à l’électricité nucléaire historique). Si les prix en France ont atteint des niveaux aussi élevés ces derniers mois, c’est notamment parce que le parc nucléaire tricolore, défaillant, ne produit pas assez . Un problème franco-français qui n’a rien à voir avec l’Europe…

C’est donc tout le principe du marché de l’électricité qu’il faudrait revoir si Marine Le Pen tenait sa promesse. “Imaginer un système différent et isolé pour un pays serait difficile sans un retour aux anciens monopoles énergétiques”, estime Julien Teddé.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here