une étude évalue le gain annuel de pouvoir d’achat à “13 euros par foyer”

0
29

Le cabinet Asterès quantifie les effets annuels de cette proposition de Marine Le Pen, et souligne que la TVA n’est pas le bon outil pour “défendre le pouvoir d’achat”.

En pleine campagne, la montée de l’inflation inspire les deux finalistes de l’élection présidentielle, qui proposent de nombreuses mesures visant à protéger le pouvoir d’achat des ménages… avec plus ou moins d’efficacité. Dans une étude, publiée ce mercredi, le cabinet Asterès revient sur les conséquences de la Proposition de Marine Le Pen réduire à zéro la TVA sur un panier de produits de première nécessité.

La conclusion est claire : “faible augmentation du pouvoir d’achatsont à attendre de cette mesure, quine semble pas être la solution idéale“. Au-delà de la viabilité juridique de cette voie, le cabinet rappelle que la suppression de la TVA sur le pain, les produits à base de céréales, le lait, le fromage, les œufs, les huiles, les graisses, les fruits et légumes entraînerait théoriquement un gain de “133 euros» pour les foyers français, «soit une augmentation du pouvoir d’achat de 0,3%“. Cependant, une partie de cette baisse serait captée par les acteurs des chaînes, précise l’étude : in fine, seule 10 % de la baisse bénéficierait donc directement aux ménages, représentant donc un gain de pouvoir d’achat pour les ménages de 13 euros annuels, “soit 0,03% par ménage».

VOIR ÉGALEMENT – « Inflation incontrôlée, baisse de TVA, TICPE… » : Marine Le Pen détaille ses mesures de pouvoir d’achat

Dans le détail, le gain serait de 9 euros par an pour les 10 % des ménages les plus pauvres, et s’élèverait à 19 euros pour les 10 % les plus riches, précise Asterès. ou un bénéficedouble pour les ménages aisésen valeur, et trois fois plus élevé – 0,07% contre 0,02% – en pourcentage pour les ménages pauvres. Le rapport entre le coût de la mesure et ses conséquences semble défavorable : la suppression de la TVA entraînerait une perte de ressources d’environ3,8 milliards d’euros« pour l’Etat, une somme importante qui pourrait être utilisée d’une autre manière, plaide la firme. “Si cette somme était versée directement aux 10% des ménages les plus pauvres, cela signifierait un gain de pouvoir d’achat de plus de 10% pour ces ménages.», calcule.

Le précédent décevant de la restauration

Pour Marina LePen, la suppression de la TVA sur un panier de produits de première nécessité – dont les contours ne sont pas encore clairs – aiderait les ménages les plus pauvres, confrontés à l’inflation. Ses équipes estiment le coût de cette proposition entre 3 500 et 4 000 millions d’euros. Mais l’exécutif rejette cette voie, qualifiée d’injuste et d’inefficace »,en plus d’être très cher“. Peu ciblée, elle profiterait à tout le monde, y compris à ceux qui n’en ont pas besoin, et aurait peu d’effet sur les plus vulnérables, a assuré jeudi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, défendant plutôt des aides spécifiques.

Dans le passé, les baisses de TVA n’ont eu qu’un effet limité sur le pouvoir d’achat des consommateurs. L’exemple le plus frappant vient de la restauration : le changement d’impôt de 19,6 % à 5,5 % en juillet 2009 ne s’est pas fait sentir dans les factures. “Trente mois après la baisse de la TVA, les prix n’ont baissé que de 1,9 % […]. La réforme a surtout profité aux restaurateurs, qui ont empoché environ 56% de la réduction d’impôt», pointaient deux économistes de l’IPP dans une étudeen 2018.

Oui rapport 2015 du conseil des cotisations obligatoires a également souligné que les gains étaient beaucoup plus importants pour les ménages aisés, logiquement plus disposés à aller au restaurant : «Pour l’ensemble des biens et services taxés à taux réduit, le bénéfice total s’élève en moyenne à 720 € pour un ménage du premier décile contre 2 015 € pour un ménage du dixième décile», lit-on dans le document. Des éléments qui conduisent à penser que la TVA n’est pas un instrument de redistribution adéquat, selon les auteurs.


VOIR ÉGALEMENT – “Le programme de Marine Le Pen, c’est la dégradation assurée de la France”, estime Jean Castex

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here