Vlad : l’industrie 4.0 et l’écoconception au cœur des batteries

0
21

Concepteur, fabricant et distributeur de batteries high-tech, la société française Vlad s’engage dans l’industrie 4.0 et s’engage pour une production responsable. Une dynamique de travail dans la création d’un nouveau bâtiment pour son usine de batteries, selon Vincent Piton, directeur général de l’entreprise.

2020 a été une année cruciale pour l’entreprise basée à Parçay-Meslay, près de Tours. Particulièrement sollicité au début de la pandémie de coronavirus pour faire face à la pénurie de ventilateurs, Vlad s’est retrouvé dans des moments “très intenses”, avoue Vincent Piton, son directeur général. L’entreprise, qui a triplé sa production de batteries pour ventilateurs en seulement 50 jours, a vu son chiffre d’affaires passer de 18 millions en 2019 à 22 millions d’euros en 2021.

Une situation qui a permis à la PME de 75 salariés de figurer parmi les lauréats du plan France Relance et de bénéficier d’une subvention de plus d’un million d’euros en octobre 2021. S’ajoute au programme d’investissement de Vlad : 5,7 millions d’euros sur trois ans, avec pour objectif d’accélérer le développement de l’entreprise en misant sur l’innovation et l’industrie 4.0, tout en intégrant les enjeux environnementaux.

Impression 3D et robots collaboratifs

A cet effet, l’entreprise envisage de construire un nouveau bâtiment de 4 000 m² pour son usine de production, à seulement trois kilomètres de son emplacement actuel, afin d’éviter tout type de “perturbation” pour ses salariés. Le bâtiment sera conçu dans le respect de l’environnement, notamment en utilisant des énergies renouvelables pour recharger les batteries. « L’économie d’énergie va finalement de pair avec le métier de la batterie », résume Vincent Piton.

L’entreprise prévoit également d’investir dans une nouvelle ligne d’impression 3D pour créer des boîtiers de batterie en plastique biosourcé ou recyclable, et de poursuivre la robotisation de ses lignes de production. “Depuis trois ans, nous avons intégré des robots collaboratifs de soudage, collage et assemblage, ce qui améliore notamment les conditions de travail de nos opérateurs, en les libérant des tâches répétitives”, précise le directeur général.

De la conception à la certification

Si la PME propose le reconditionnement de certaines de ses batteries depuis sa création en 1985, elle souhaite aussi développer son éco-conception, ce qui justifie la création de six postes de R&D sur trois ans. “L’idée est d’intégrer l’aspect reconditionnement dès la conception de la batterie et de permettre de réutiliser tous ses composants”, explique Vincent Piton.

Enfin, le plan de relance permettra à Vlad de créer son propre laboratoire de certification des transports. Les tests de batteries lithium-ion nécessitent des équipements de certification coûteux, obligeant la PME à externaliser ces opérations. “Ces investissements vont nous permettre d’être autonomes de A à Z en matière de fabrication de batteries, de la conception à l’homologation”, ajoute le directeur général de Vlad.

L’autonomie et la délocalisation de la production industrielle font justement partie des enjeux de France Relance. Depuis la crise du coronavirus et les difficultés d’approvisionnement, Vlad a constaté le “retour” des clients industriels qui misaient sur la production asiatique vers la production française. « Ils reviennent non seulement pour la qualité des produits mais aussi pour la qualité de la relation commerciale. Pour les entreprises qui ont une démarche RSE, il n’est plus justifié que les batteries soient fabriquées à l’autre bout du monde », précise Vincent Piton. Vlad, qui est devenu le premier industriel français à obtenir le label THQSE® (Très Haute Qualité Sociale et Environnementale Santé) au plus haut niveau en 2021, est en position idéale pour répondre à ces nouvelles exigences.

Prochaine étape pour l’entreprise : achever la phase de programmation de sa nouvelle usine, dont la mise en service est prévue en 2024.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here