Wall Street termine en pertes sur un bond des taux obligataires – 14/04/2022 à 23:02

0
30
(Crédits photo : Flickr - Scott Beale)

(Crédits photo : Flickr – Scott Beale)

La Bourse de New York a clôturé dans le rouge jeudi, une semaine interrompue par les vacances de vendredi, alors que les taux obligataires ont fortement augmenté, reflétant les inquiétudes concernant l’inflation et les taux d’intérêt.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l’indice Dow Jones recule de 0,33% à 34.451,23 points. Le Nasdaq, dont les titres technologiques sont très sensibles aux taux d’intérêt, a chuté de 2,14% à 13.351,08 points. Le S&P 500 a chuté de 1,21% à 4 392,59 points.

“Les actions américaines ont clôturé en baisse avant un long week-end de Pâques de trois jours alors que les investisseurs digèrent une pléthore de données économiques et de résultats d’entreprises”, ont déclaré les analystes de Schwab.

Les rendements du Trésor à 10 ans, qui augmentent lorsque les obligations sont vendues, ont fortement augmenté pour atteindre un nouveau sommet depuis fin 2018 à 2,82 % contre 2,69 % la veille.

“Je pense que les commentaires du président de la Fed de New York, John Williams, selon lesquels une hausse des taux d’un demi-point de pourcentage était une ‘option raisonnable’ ont exercé une pression sur les rendements obligataires”, a déclaré à l’AFP Tom Cahill de Ventura.

Selon lui, les investisseurs ont semblé réviser les chiffres de l’inflation des prix de gros américains publiés la veille, qui étaient “fortement inflationnistes” à 11,2% par an, un record.

“Parfois, sur le marché, les courtiers doivent digérer les nouvelles et décider de prendre de bonnes décisions de gestion de portefeuille alors qu’il n’y a qu’une seule conclusion à tirer de ces chiffres : l’inflation ne baisse pas”, a encore déclaré l’analyste.

Les investisseurs ont également ajusté leurs positions avant la fermeture du marché pendant trois jours en raison du Vendredi Saint.

Twitter est resté sous le feu des projecteurs avec l’offre de rachat surprise et non sollicitée du patron de Tesla, Elon Musk, sur le réseau social pour 54,20 dollars par action, soit 43,4 milliards de dollars.

L’homme le plus riche du monde, qui possède une fortune de 274 milliards de dollars, a annoncé la semaine dernière qu’il était devenu le premier actionnaire de Twitter en acquérant 9,2% du capital.

L’action Twitter, qui était en hausse de 2,80 % au cours de la séance, a inversé la courbe et a fini en baisse de 1,68 % à 45,08 $. Le patron capricieux de Tesla a confondu la question lors d’une conférence en disant qu’il n’était “pas sûr” qu’il réussirait à acheter Twitter mais qu’il avait un plan B et “des fonds suffisants” pour le réaliser.

Le titre de Tesla a chuté de 3,66% à 985 dollars, alors que toutes les grandes enseignes du Nasdaq ont également chuté comme Apple (-3%), Amazon (-2,47%) ou Google (Alphabet -2,33%).

Les investisseurs ont également digéré une série de résultats bancaires mitigés.

Goldman Sachs (-0,10% à 321,64$) a vu son bénéfice net chuter au premier trimestre, mais a fait mieux que prévu, une forte activité de courtage compensant la baisse des transactions des banquiers d’affaires.

Citigroup (+1,56% à 50,93 dollars) a annoncé pour sa part avoir provisionné 1.900 millions de dollars pour faire face à d’éventuelles pertes liées à son exposition en Russie et à l’impact du conflit en Ukraine.

Son bénéfice par action, la référence à Wall Street, a cependant été supérieur aux attentes, à 2,02 dollars au premier trimestre.

La banque d’affaires Morgan Stanley (+0,75% à 84,76 dollars) a annoncé une baisse moins importante que prévu de son bénéfice trimestriel, après avoir compensé l’activité de ses opérateurs, comme Goldman Sachs, de la chute de celle de ses banquiers d’affaires.

Parmi les indicateurs, les ventes au détail aux États-Unis en mars ont augmenté moins que prévu, principalement en raison de la hausse des prix de l’essence. Elles augmentent de 0,5 % contre 0,6 % attendu, tirées par le bond des ventes des stations-service (+8,9 % en un mois).

En Fráncfort, el Banco Central Europeo (BCE) confirmó el fin de su programa de compra de activos “en el tercer trimestre” pero se mantuvo vago sobre sus intenciones sobre los tipos de interés, indicando de nuevo que podría producirse una primera subida “algún temps plus tard”.

Le taux d’inflation dans la zone euro a battu un nouveau record en mars, avec un taux annuel de 7,5 %.

L’euro a pris un coup dans cette attitude attentiste, passant sous le seuil de 1,08 $ lors de la séance à 1,0758 $, le plus bas face au dollar depuis près de deux ans.

Vers 20h45 GMT, il était en baisse de 0,51% à 1,0832$.

vmt/jum/lum

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here